Chevaux « pieds nus » et parage naturel
Écrit par Barbara Maulet   

Est-il possible de maintenir un cheval de sport ou de loisir « pieds nus »  (sans fers) ?

Qu’est ce que le parage naturel/ pied nu ?

 

 

La plupart des gens pensent que les fers sont au cheval ce que les pneus sont aux voitures : il ne serait pas possible d’avancer sans eux !

 

Contrairement à l’opinion générale, il est possible de garder son cheval sans fers, et ce, même pour les chevaux de compétition de haut niveau (y compris en compétition d’endurance internationale). Le cheval est un animal des steppes, fait pour parcourir de longues distances pieds nus sur des sols variés et abrasifs. L’homme a complètement changé son environnement et lui a procuré des fers pour protéger ses pieds. Cependant de plus en plus de propriétaires, passionnés de chevaux mais aussi certains vétérinaires et maréchaux en Belgique s’intéressent au parage pied nu.

 

Qu’entend-on par parage pied nu? Il s’agit de « façonner » le pied du cheval à l’aide d’outils appropriés. Le but de cette mise en forme du sabot est que les forces importantes qui s’appliquent sur le pied lorsque le cheval se déplace, se répartissent de façon uniforme sur le sabot. Ces forces seront ainsi également bien réparties sur les toutes les articulations situées au dessus, dans le membre du cheval. Le parage sera aussi effectué de manière à ce que la corne ne casse pas et puisse se développer harmonieusement. Pourquoi cette appellation de parage « naturel »? Pour plusieurs raisons, tout d’abord parce que le parage respecte le pied et la nature du cheval. Aussi parce que l’on s’inspire aussi bien du modèle du pied des chevaux domestiques de chez nous maintenus en paddock paradise (usure naturelle des pied) que des pieds des chevaux semi-sauvage tels les Brumbies d’Australie ou les Mustang aux USA. Ces chevaux parcourent de nombreux kilomètres tous les jours sur des terrains rugueux et caillouteux, et ils n’ont pas de problèmes de pieds, bien au contraire, ils ont des sabots super performants. Le parage naturel est une technique différente du parage traditionnel effectué avant ferrage, même si certains buts sont communs (comme l’obtention d’un équilibre biodynamique correct).

 

Le parage naturel est-il possible en Belgique sur nos chevaux domestiques ? Oui et, bien pratiqué, il est même bénéfique pour le cheval. Il faut savoir qu’il ne s’agit pas simplement de déferrer son cheval. Il y a une série de recommandations qui accompagnent le parage pied nu, comme une alimentation saine, beaucoup d’exercice et de mouvement, et de préférence, un environnement adapté.

 

Le parage naturel est-il une mode ? Ce n’est certainement pas « une mode » contrairement à ce que pourront affirmer certains… en effet il se répand de plus en plus, dans le monde entier, depuis plus de 30 ans. Il faut aussi savoir que l’entretien des pieds nus était déjà très largement pratiqué dans l’antiquité ! Dans la technique du parage naturel, nous reprenons et appliquons encore les principes énoncés notamment par Xénophon, de la Grèce Antique, pour obtenir des sabots durs et extrêmement performants. Ces fondements sont toujours d’actualité après 2400 ans environ et sont terriblement efficaces !

Mais attention, le parage naturel d’aujourd’hui tient également compte des dernières recherches scientifiques concernant l’équilibre biodynamique du pied. Un bon équilibre biodynamique du pied est en effet absolument essentiel au maintient d’un cheval sain, non boiteux et performant au niveau sportif. En parage naturel, nous avons l’avantage que cet équilibre est plus commode à observer et corriger sur un cheval pied nu que sur un cheval ferré. Les corrections peuvent d'ailleurs être effectuées souvent (cela peut être effectué une fois par semaine par le propriétaire, millimètre par millimètre). En plus de cela, il est nettement plus aisé et abordable de parer que de ferrer, surtout en parage naturel car les chevaux sont actifs sur terrains abrasifs (cailloux, macadam,…) et donc les pieds se parent partiellement « tout seul ». Ceci donne l’avantage aux propriétaires de chevaux pieds nus de pouvoir participer très activement aux soins des pieds de leurs chevaux après formation adéquate. Les propriétaires motivés et formés deviennent même assez vite indépendants et les pieds de leurs chevaux sont souvent magnifiques. Cela vient notamment du fait que ces derniers peuvent parer les pieds « un peu et souvent ».

 

Quels sont les changements qui se produiront sur le pied du cheval après la transition du cheval ferré vers un cheval pied nu ? Après la période de transition qui va en général de 2 à 6 mois, selon le type de cheval, ses pieds et son environnement, on observera une muraille qui s’épaissit et se solidifie. La sole s’épaissit et forme un « cal ». La fourchette s’élargi et s’assaini et les structures caudales du pied se redéveloppent. Ceci permettra à la longue au cheval d’évoluer sur tous les terrains (y compris caillouteux) à vive allure. D’autres changements qui peuvent se produire sont une évolution vers une forme de pied naturelle. Par exemple, un léger élargissement et raccourcissement des pieds (si ceux-ci étaient plus étroits et hauts lorsqu’ils étaient ferrés ou encore plus étroits et anormalement allongés vers l'avant). Il y a aussi une disparition des évasements. Et chez les chevaux boiteux suite à des douleurs dans les parties caudales du pied (comme certains naviculaires par exemple), avec la mise pied nu, on obtient très souvent une nette une amélioration, voire même la plupart du temps une disparition de la boiterie si le parage naturel est associé à un programme d’exercice, un environnement adéquat et une alimentation appropriée.

 

Peut-on aller en ballade sur la route après déferrage ? Contrairement à ce qui est généralement pensé, les chevaux qui sont parés « naturel » doivent faire de l’exercice sur route et terrains caillouteux. Au début, très très peu mais progressivement de plus en plus. Pour les cavaliers qui veulent monter en promenade du jour au lendemain comme avant déferrage, il y a une cinquantaine de marques et modèles différents de « chaussures » pour sabots sur le marché. Ces chaussures ou "boots" se mettent pour la ballade et s’enlèvent après. Les meilleures permettent de monter par tout terrain, galoper, sauter etc. Elles ne sont pas toujours nécessaires si on prend le temps de faire la transition en douceur.

De plus en plus de gens en Belgique font de la randonnée dans les Ardennes ou ailleurs pieds nus. Un des avantages ici est que le cheval a une meilleure sensation du terrain et donc le pied plus sûr. Un autre avantage est que le cheval glisse moins sur le macadam et le béton qu’un cheval ferré. Pour les gens qui n’ont pas le temps de faire de la ballade il est conseillé d’aménager dans la prairie (devant les abris par exemple) une surface rugueuse (par exemple des cailloux de pierre naturelle dure 0/20).

 

Quels sont les autres avantages du parage naturel ? Par rapport à une ferrure classique, il y a une meilleure absorption des chocs lors de l’impact du pied au sol ; moins de pression sur les structures caudales du pied (os naviculaire,…). Il y a aussi beaucoup moins de boiteries à long terme si un bon parage est associé à des changements appropriés de management  (environnement, mouvement, sols et nourriture appropriés). La qualité de la corne va fortement s’améliorer. Les soucis de corne cassante, fragile et de seime pourront être améliorés petit à petit et disparaître avec le temps. Le cheval sans fer est également moins dangereux pour lui-même (risque de blessures moins élevé lors d’interférence entre les membres), moins dangereux pour ses compagnons de prairie et moins dangereux pour son cavalier/propriétaire (en effet si votre cheval vous marche sur le pied ou tape, cela fera moins mal sans fer que lorsqu’il y en a un !). Il y a encore le fait que le cheval ne perdra plus jamais un fer… et que le propriétaire peut s’il le désire, et après formation, s’occuper des soins des pieds de son cheval. Le parage peut se faire aussi souvent que nécessaire. Parfois il ne s’agira pas d’un parage complet mais simplement en une correction de l’équilibre biodynamique du pied et/ou un biseau. Le parage peut s’effectuer de une fois par semaine à une fois toutes les 4-6 semaines environ, parfois un peu moins souvent si le cheval n’a pas de problèmes d’équilibre biodynamique et se trouve dans un environnement idéal, en liberté 24h sur 24 où il effectue beaucoup d’exercice sur terrain rugueux (prairie aménagée avec couloir de cailloux par exemple).

 

 

 

Avec un investissement de la part du propriétaire pendant la période de transition, la plupart des chevaux peuvent être maintenus « pieds nus ». Et cela, même si vous faites de la compétition, que ce soit obstacle, dressage, endurance, attelage, rallyes, etc. Le parage naturel présente de très nombreux avantages à long terme pour le cheval et son cavalier ou propriétaire. Pour obtenir un résultat optimal, il faut  procurer au cheval une alimentation correcte: en effet la santé des pieds est directement et très fortement liée à une alimentation correcte. Voyez l'article sur l'alimentation. Pour encore améliorer la santé, le bien-être et la performance de votre cheval, procurez lui un environnement adapté.

 

Dr vétérinaire Barbara Maulet CertES(Orth) MSc

Certificat en chirurgie équine (orthopédie) du RCVS, Londres ; Master en sciences (Edinburgh) Contact: Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir   ou  0495/706 733

 

Le parage naturel en pratique:

 

Les cavaliers pensent souvent que leur cheval ira mieux et trottera mieux avec des fers. Or c’est en général l’inverse. En tant que vétérinaire spécialisée en orthopédie, j’ai été confrontée tous les jours à des boiteries de pieds antérieurs. Régulièrement, lorsque j’enlevais les fers et faisais re-trotter le cheval, la boiterie était déjà un peu moins marquée.

 

Personnellement, j’ai découvert les avantages du cheval « pieds nus » lors de l’acquisition de mon dernier cheval de compétition de dressage. J’avais racheté ce cheval à quelqu’un qui ne le trouvait plus assez bon. Force était de constater qu’il ne voulait vraiment plus avancer ; les sessions de travail étaient pénibles. J’ai changé de maréchal et de ferrures sans grande différence. Jusqu’au jour où j’ai enlevé les fers… ses allures se sont alors améliorées fortement immédiatement après déferrage, et il est devenu très en avant et le monter fût un plaisir! Depuis, je garde tous mes chevaux sans fers. Non seulement ils ont des allures améliorées mais en plus, fini les problèmes de stress ou de boiteries lorsqu’un cheval arrache un fer avant une compétition…

 

Lors de compétitions, j’ai rencontré d’autres cavaliers qui ont vécu des histoires similaires. Les avantages et bienfaits des « pieds nus » sont innombrables, à commencer par la santé des chevaux à long terme (il y a beaucoup moins de boiterie chez les chevaux pieds nus recevant une alimentation correcte).

 

Quels sont les désavantages des fers (fers classiques)?

  • ils diminuent la qualité de la corne de façon drastique
  • ils diminuent le mouvement de la boite cornée lors de l’impact (et donc diminuent la capacité d’absorption des chocs)
  • ils augmentent la fréquence des vibrations dans le pied lors de l’impact
  • ils augmentent la pression sur l’os naviculaire par le tendon du fléchisseur profond
  • ils diminuent la capacité de déformation viscoélastique (et donc d’adaptation) du pied sur des surfaces irrégulières
  • ils diminuent la pression sur le coussin digital (et entraînent donc une diminution de l’absorption des chocs et de la circulation du sang dans le pied)
  • ils diminuent la sensibilité
  • ils changent la forme du sabot, particulièrement chez le jeune cheval (moins de 6 ans)
  • ils empêchent que le pied s’use naturellement (sur un pied ferré, les talons vont s’user mais pas la pince, ce qui provoque un changement d’angle durant une ferrure avec soit des pieds "boite de conserve" soit des pieds qui filent vers l'avant avec cassure de l'axe pied paturon)
  • ils augmentent le risque de blessure en cas d’interférence ou de coup

 

 

Quels sont les avantages à maintenir son cheval « pieds nus » ?

  • la mécanique du pied peut se faire comme elle a été prévue par la nature
  • meilleure absorption des chocs durant l’impact
  • moins de pression sur les structures caudales du pied (os naviculaire,…)
  • moins de boiteries si un bon parage est associé à des changements appropriés de management  (environnement, mouvement, sols et nourriture appropriés)
  • le cheval aura une meilleure adhérence sur le macadam et le béton par rapport à un cheval ferré
  • le cheval sans fer est moins dangereux pour lui-même (risque de blessures moins élevé lors d’interférence entre les membres), moins dangereux pour ses compagnons de prairie et moins dangereux pour son cavalier/propriétaire (en effet si votre cheval vous marche sur le pied ou tape, cela fera moins mal sans fer qu’avec un fer !)

 

 

Mais il ne suffit pas simplement d’enlever les fers, le propriétaire devra prendre des précautions. Il faut d’abord parer le cheval correctement et régulièrement. Un cheval qui a porté des fers a besoin d’une période d'adaptation car il aura une corne très fragilisée (par la ferrure) et dont il faudra prendre soin jusqu'à ce que la corne recouvre une excellente qualité. Chez certains chevaux cela peut aller très vite, chez d’autres il faut parfois un an avant que la corne ne retrouve une bonne qualité.

 

Que faire après avoir enlevé les fers ? Il faut en priorité assurer un parage adéquat, de façon à donner au pied une bonne balance antéropostérieure et latéromédiale (c’est-à-dire, assurer de bons aplombs aux pieds). Le parage doit être spécifique pour les chevaux pieds nus (pas de parage comme avant ferrage sans quoi le cheval ne sera jamais à l'aise sur ses pieds). Il faut également que les bords de la muraille soient bien arrondis afin d’éviter la cassure de cette dernière. Pour le parage, il est conseillé de faire appel à un/une professionnel(le) ou de suivre une/des formations approfondies et de qualité en parage naturel.

Ensuite, il faut procurer au cheval un environnement adéquat pour que le sabot et la corne retrouve sa qualité d’origine, c’est à dire procurer assez de mouvement sur un terrain varié comprenant des sols durs et des sols mous. (Idéalement les chevaux devraient vivre en liberté 24h sur 24 avec accès à un abri {comprenant au moins partiellement un sol dur} et au moins un autre équidé comme compagnon. Laisser les chevaux en liberté va également permettre de réduire fortement le risque de colique, les problèmes orthopédiques et les problèmes respiratoires, principalement les problèmes allergiques et infectieux. De plus votre cheval sera plus heureux et plus équilibré. Attention, tout ceci est valable pour des chevaux sains uniquement! Si votre cheval souffre d’une pathologie, il est recommandé de demander conseil auprès de votre vétérinaire spécialiste. De même, en cas d’accès illimité au pré, il est important de prendre les précautions nécessaires pour éviter l’obésité et la fourbure (principalement en été, automne et printemps) et de fournir du fourrage en quantité suffisante en hiver (voir l’article sur les chevaux au pré: section alimentation).

 

Le cheval étant un animal délicat, il faut veiller à assurer toute transition en douceur. Par exemple, si vous changez le régime alimentaire de votre cheval, il faut s’y prendre très progressivement. Il en va de même pour le changement de management. Autre exemple, si votre cheval n’a pas l’habitude d’aller en prairie, il est à surveiller de près au début de façon à éviter les accidents (voir article sur le management des chevaux au pré). De même, après un déferrage, il est nécessaire d’augmenter très progressivement la quantité de promenade sur route et terrain varié. Il est recommandé (pour les chevaux sains) de commencer par 5 minutes 1 à 2 fois par jour pendant une semaine ou deux et puis d’augmenter progressivement, tout en surveillant de près les sabots. Souvent, au début, il est avantageux d’utiliser des produits durcisseurs de corne sur la partie distale de la muraille. Un suppléments alimentaire spécifique peut également être  intéressant pour aider votre cheval en période de transition. Si nécessaire on peut utiliser des « boots » qui sont des sortes de « sandales » que l’on met au cheval, pour aller en balade ou pour faire un parcours de cross, et que l’on enlève après l’exercice. Certaines de ces sandales sont très au point et ont l'énorme avantage de protéger le pied quand on en a besoin et de laisser le pied nu avec donc possibilité d'usure naturelle le reste du temps. Cette usure naturelle permet d'obtenir tout à fait naturellement et dans tous les cas un équilibre biodynamique antéro-postérieur toujours correct (après 6-10 mois de mise pied nu, le pied retrouve une forme plus naturelle et aura d'office un équilibre correct, à condition de parer régulièrement et correctement, et faire de l'exercice sur le dur régulièrement, le résultat est garanti, même sur des chevaux ayant des pieds catastrophiquement déformés vers l'avant par les fers). 

 

Il y a plusieurs « courants » de parage naturel. Evitez de choisir une école qui préconise un parage radical. Changer la forme du pied en un court laps de temps peut entraîner des conséquences graves et de fortes souffrances pour votre cheval. En Grande-Bretagne, de nombreuses associations de défense du cheval et de nombreux professionnels tels les vétérinaires et maréchaux-ferrants ont fait des campagnes d’information à l’encontre de ces méthodes radicales, qui peuvent causer des souffrances importantes et inutiles au cheval. Seul un bon parage selon des méthodes non radicales  permettra une adaptation adéquate de votre cheval à être « pieds nus ». Au final vous profiterez plus vite de votre cheval en balade, compétition, etc.Le parage naturel apporte un bien-être au cheval, pas des souffrances inutiles!

 

 

Les choses importantes à savoir quelle que soit la méthode de parage que vous choisirez :

 

  • le cheval ne doit en aucun cas saigner, ni boiter, ni avoir mal après le parage (une légère sensibilité sur les cailloux peut être normale au début de la transition).
  • sur un cheval maintenu pied nus correctement (accès au pré et à un sol dur dans l'abri ou le boxe, exercice journalier sur sols durs et variés...) il n'y aura pas toujours à enlever beaucoup au niveau des barres. Cependant, si, au départ, elles sont longues, ou que le cheval ne fait pas assez d'exercice sur sols variés, elles doivent alors être parées (mais on les raccourci verticalement sans les amincir- on diminue leur hauteur, pas leur épaisseur- notre but étant de procurer à terme au cheval des barres fortes, solides, épaisses et courtes {en hauteur}).
  • les pieds doivent être équilibrés latéromédialement et antéropostérieurement de façon à éviter une pression trop importante sur certaines structures du pied, pour prévenir les boiteries à court, moyen ou long terme et pour éviter les seimes (fentes dans le sabot). Ceci devrait être effectué et/ou contrôlé à chaque visite du vétérinaire orthopédiste ou maréchal-ferrant (de préférence sensibilisés au parage naturel).
  • sur les chevaux maintenus « pieds nus » de façon correcte (voir ci-dessus), il n’y a pas de sole à enlever, de même, il n’y a pas de fourchette à enlever, on n’y touchera pas sauf s’il y a des morceaux qui ne sont plus attachés que par de fines brides ou s’il y a un problème d’infection (demandez alors conseil à un professionnel). Parer la sole ou la fourchette entraînerait l’ablation des calus de la sole et la fourchette, structures qui sont absolument indispensables pour un cheval maintenu « pieds nus ». A nouveau, lors du premier parage, et surtout dans certains cas pathologiques ou sur des chevaux à pieds très long, cela peut être différent. Mais il faut savoir que parer la sole sur un cheval pied nus (maintenu correctement) en routine reviendra à rendre votre cheval très sensible sur les cailloux, avec éventuellement bleimes et boiteries. 
  • si votre cheval fait des abcès à répétition après chaque parage, ce n’est pas normal, soit le parage est trop radical (et peut alors être dangereux pour la santé du cheval) soit il y a une pathologie sous-jacente comme la fourbure par exemple. Il vaut mieux alors demander conseil à votre vétérinaire spécialiste (de préférence informé et sensibilisé au parage naturel).
  • il est important de bien arrondir la corne sur tout le pourtour de la muraille. Ceci peut-être fait par le propriétaire entre les parages effectués par le maréchal-ferrant. Cela ne demandera qu’un petit apprentissage et peut se faire en quelques minutes.
  • surtout au début, et particulièrement sur des chevaux avec une corne de mauvaise qualité ou lorsque vous voulez augmenter la distance effectuée sur routes/chemins en dur, il est avantageux d’utiliser un durcisseur de corne sur les parties distales de la muraille.
  • certains compléments alimentaires peuvent être bénéfique pendant la période de transition.

 

 

Conclusion :

 

La plupart des chevaux peuvent être maintenus « pieds nus » même si vous faites de la compétition (voir ci-dessous quelques exemples de cavaliers internationaux qui gardent leurs chevaux pieds nus) ; cependant cela demande un investissement de votre part pendant la période de transition. Le parage naturel présente de très nombreux avantages pour le cheval et son cavalier. Pour obtenir un résultat optimal, il faut idéalement procurer au cheval un environnement adapté (accès au pré, à un abri à sol dur et fournir assez d’exercice). il y a cependant de plus en plus de chevaux pieds nus maintenus dans des manèges traditionnels; il suffira alors de prendre, surtout au début, quelques précautions supplémentaires pour les soins des pieds. 

 

Dr Barbara Maulet Vétérinaire Agréée, CertES(Orth) MSc 

Vétérinaire spécialisée en Orthopédie Equine

 

Pour de plus amples renseignements et conseils personnalisés, n’hésitez pas à me contacter.
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
0032 (0) 495 / 706.733
www.horsevet.be

 

Quels sont les cavaliers de compétition et entraîneurs qui ont des chevaux  « pieds nus » ?

 

GALOPEURS

-Simon Earl, à Newmarket, en Grande-Bretagne, a des galopeurs qui gagnent leur courses pieds nus http://www.simonearleracing.com/

 

DRESSAGE

 

-la cavalière Belge Nathalie Thomas garde tous ses chevaux pieds nus, en liberté et en troupeau. Son cheval le plus avancé est au niveau GP et est sorti en compétition pour le moment jusqu'en intermédiaire II. Elle a un autre cheval niveau PSG Voir liens vers autres site web Hof Ter Rammen

-la cavalière internationale de dressage Lucinda McAlpine http://www.lucindamcalpine.co.uk/ garde ses chevaux de manière naturelle.

-la cavalière internationale de dressage Emma Hindle (équipe de Grande-Bretagne) a récemment retiré les fers de ses chevaux qui sont au niveau FEI et semble être particulièrement contente des résultats obtenus avec ses chevaux « pieds nus », voir  http://www.hoofcareunltd.com/Emma%20Hindle.htm ou encore http://www.equethy.com/competition/dressage.htm

 http://www.eurodressage.com/

 

 

ENDURANCE

De plus en plus de cavaliers d’endurance de top niveau (160km) font toutes les compétitions pieds nus. Voyez : http://www.equethy.com/competition/endurance.htm

Le cavalier Les Spark monte ses chevaux pieds nus et son cheval de top niveau « Magica's Minstrel » (pur-sang Arabe) n’a jamais été éliminé pour cause de boiterie. Les Spark monte aussi un pur-sang anglais pieds nus en compétition http://www.fnesaddles.com/uploads/Barefoot/PDF/Endurance%20GB%20mag%20version.PDF

 

COMPLET

Même en concours complet, certains cavaliers montent sans fers : voir

http://www.naturalhorsetrim.com/Section_23.htm