Accueil arrow Alimentation arrow Alimentation des chevaux de sport et de loisirs
Alimentation des chevaux de sport et de loisirs Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Comment nourrir un cheval ou un poney ?

 

Le but de cet article n’est pas de donner un programme détaillé pour chaque cheval, mais bien de fournir des principes de bases essentiels destinés principalement aux chevaux de sport et de loisirs:

 

Voici ici des fondements très importants à connaître sur la façon de nourrir un cheval/poney:

 

-le cheval a un besoin essentiel de fibres, il faut donc lui procurer chaque jour une quantité suffisante soit

                        -de foin

                        - et/ou de préfané

                        -et/ou d’herbe

il faut savoir qu’une quantité excessive de l’un ou de l’autre de ces ingrédients (surtout l’herbe et le préfané) peuvent avoir des effets néfastes tels l’obésité, la fourbure, colique…

 

-contrairement à l’opinion générale, les chevaux de sport et de loisirs n’ont, pas besoin de grains. Une quantité adéquate de foin (ou préfané ou herbe)  procure des avantages variés par rapport aux grains :

-le temps que le cheval passe à manger est très supérieur, or il est essentiel d’occuper le cheval une grande partie de la journée ;

-le cheval usera ses dents plus normalement sur du fourrage que sur des grains ;

-le cheval sera plus calme et mieux dans sa tête (moins d’énergie et s’ennuie moins)

-prévention de l’ulcère d’estomac.

 

-les chevaux qui travaillent beaucoup (plus d’une heure par jour de travail soutenu), ou qui doivent prendre du poids, ont besoin, en plus du fourrage (qui est essentiel pour chaque cheval quel qu’il soit) d'autres aliments et/ou d’huile végétale. La quantité nécessaire  varie d’un individu à l’autre, en fonction notamment de l’âge, du poids, de la taille et de la quantité de travail à fournir.

 

-Les autres aliments conseillés sont: la luzerne déshydratée en brin ou en pellets, cette dernière apporte des protéines de qualité, des vitamines et minéraux. Il complémente bien le foin/herbe et tous les chevaux devraient en recevoir. Il favorise le maintient et le développement d'une bonne musculature. Et pour les chevaux qui ont besoin de plus de calories, on peut utiliser la pulpe de bettrave déshydratée, qu'il faudra absolument réhydrater dans 5 x son volume d'eau minimum 4 heures avant de la donner (voir l'article sur la luzerne). 

 

Il faut savoir qu’ une trop grande quantité de grain/concentré est néfaste et peut entraîner l’obésité, favoriser ou aggraver les troubles musculaires (myopathie, « shiverer »…) mais également provoquer des pathologies potentiellement extrêmement graves telles la fourbure, une colique, …

De plus les chevaux qui mangent du grain ou du concentré auront plus d’énergie et seront donc potentiellement plus difficile à gérer pour des amateurs. En effet l’alimentation a une grande influence sur le comportement du cheval. Les chevaux nourris au foin/luzerne/pulpe sont en très grande forme mais sont moins explosifs. Ces chevaux restent aussi plus en forme sur la durée. Les pieds des chevaux nourris sans céréales seront d'office plus performant. Le risque de colique est directement proportionnel à la quantité de céréales et donc il est très avantageux de ne pas donner de céréales du point de vue de la  prévention des coliques. 

 

Notez que comme de plus en plus de publications scientifiques démontrent les effets secondaires des céréales et l'intérêt d'avoir une alimentation sans céréales, les industriels développent de plus en plus d'aliments à très basse teneur en sucre garanti sans céréales pour chevaux de sport. Ces aliments sont plus chers que les aliments préparés à la maison mais ils ont l'avantage d'être prêts à l'emploi. 

Gardez vos chevaux minces, voir article sur l'évaluation de l'embonpoint.

Si votre cheval doit prendre du poids ;  vous pouvez combiner le préfané et/ou l’herbe avec de la pulpe de bettrave déshydratée que vous prendrez bien soin de réhydrater dans 4 à 5 x son volume d'eau 12h ou 24h avant de la donner. Il faut habituer progressivement au gout de la pulpe de bettrave en mélangeant par exemple cela à un peu de graine au début.  Un autre liment très intéressant est de l’huile de colza (ou éventuellement huile d'olive). Comme pour toute introduction d’un élément nouveau dans l’alimentation, ceci devrait idéalement se faire sur une période d’au moins 3 semaines. L’avantage de l’huile est qu’elle fournit beaucoup de Kcal sans augmenter le risque de fourbure ou de pathologie musculaire. De plus votre cheval restera (plus) facile à gérer au travail. Les avantages supplémentaires sont l’apport d’acide gras essentiels, d’oméga 3 et un beau poil luisant. On peut aller jusqu'à rajouter (progressivement !!) 100ml par 100kg de poids vif par jour et par cheval (on dépasse cependant rarement 400ml par jour pour un cheval de 500kg). Il faudra alors vérifier que la ration apporte assez de vitamines et minéraux et aussi supplémenter en vitamine E. Il vaut mieux demander conseil à un vétérinaire spécialisé qui pourra vérifier que le problème de poids n’est pas dû à une pathologie sous-jacente et qui pourra aussi vous conseiller un programme alimentaire approprié à votre cheval et votre situation.La pulpe de bettrave sera beaucoup plus efficace pour faire grossir un cheval que le grain car l'aliment est beaucoup plus adapté au tube digestif du cheval. N'oubliez pas de lui donner également de la luzerne.

 

Chez les poulains, il faut savoir que trop de grains peut entraîner une croissance trop rapide avec risque accru d’ostéochondrite dissécante { ou OCD} (surtout si l’alimentation est en plus déséquilibrée) ou des contractures tendineuses potentiellement catastrophiques (surtout si l’excès de grain est combiné à un manque d’exercice).

 

Les autres choses importantes à savoir :

           

            -si votre cheval arrête de manger, n’essayez pas de le forcer, il vaut mieux appeler le vétérinaire, il fait probablement une colique ou une obstruction oesophagienne ou de la fièvre et il vaut mieux intervenir rapidement.

 

            -si un poney arrête de manger, il faut appeler le vétérinaire tout de suite, en effet les poneys (surtout s’ils sont de petite taille et s’ils sont obèses ou s’il s’agit de juments pleines) risquent de faire une hyperlipémie, qui est potentiellement très grave à mortelle.  C’est aussi pourquoi il est également essentiel de fournir du fourrage tous les jours à votre poney quand il n’y a plus d’herbe. Demandez à votre vétérinaire pour les quantités idéales.Evitez le grain.

 

            -les pulpes de betteraves en pellets (granulés) ne peuvent en aucun cas être données aux chevaux sans avoir été trempées dans 4 à 5x leur volume d’eau pendant 24h (sinon vous risquez une obstruction oesophagienne qui peut être difficile à débloquer et qui peut entraîner des complications graves dans certains cas).

 

-un ballot de préfané ouvert doit être consommé dans les 4 à 5 jours (c’est pourquoi les gros ballots ne conviennent pas à des propriétaires n’ayant que quelques chevaux) ; passé ce délais, il y a un risque augmenté de botulisme (pathologie rare mais fatale dans la plupart des cas).

           

            -donner à manger au niveau du sol ( dans un récipient placé à terre) permet une usure plus normale des dents (les mâchoires sont alignées correctement lorsque le cheval mange près du sol).  Ceci est particulièrement important chez les chevaux ayant un léger « bec de perroquet ».  De plus cela favorise un meilleur  drainage  naturel  des  voies  respiratoires.Évitez à tout prix les râteliers en hauteur.

 

            -calculer une ration idéale est compliqué, et les chevaux sont particulièrement sensibles au niveau de leur système digestif, il vaut mieux demander à un vétérinaire spécialisé en chevaux et sensibilisé au problème de l’alimentation de vous aider en fonction de votre cheval et de votre situation. Une consultation peut éviter des catastrophes.Pour ceux que cela intéresse je donne également un cours d'alimentation du cheval, qui préconise une alimentation la plus naturelle possible tout en permettant une performance optimale (voir rubrique stage proposés sur ce site)

 

            -l’obésité et le surpoids sont particulièrement néfastes pour le système locomoteur, augmente le risque de syndrome métabolique et de fourbure, diminue la fertilité, augmente le risque d’hyperlipémie chez les poneys ; demandez à un vétérinaire spécialiste de vous faire un programme d’amaigrissement qui sera approprié à votre cheval et votre situation.

 

            -le grain contient beaucoup d'amidon qui est très difficilement digérée par le cheval; il faut donc toujours en donner de très petites quantités à la fois ou l'évitez complètement (le cheval n'en a pas besoin s'il a assez de foin; contrairement aux croyances populaires profondément encrées!)

            -chaque cheval en bonne santé doit avoir accès à une pierre de sels minéraux.


 

            -pour les chevaux qui ont des allergies respiratoires ou alimentaires, voir articles sur l’allergie.

 

            -pour la gestion de la quantité d’herbe mangée en prairie, voir article sur le management des chevaux en prairie.

 

Pour ceux que ça intéresse, il y a une à deux fois l'an un stage d'alimentation ouvert à tous (envoyez un email à Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir pour les infos)

 
< Précédent
© 2017 www.HorseVet.be
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.